La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

ISABELLE SORENTE – Le complexe de la sorcière

A3p3cG2ZeN2h.128.mp3

A3p3cG2ZeN2h.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 67 Mo )

ISABELLE SORENTE
Le complexe de la sorcière
Lecture par l’auteure accompagnée par Mélanie Bauer & Wendy Delorme

Le complexe de la sorcière est le récit d’une enquête. Enquête historique sur les chasses aux sorcières et découverte intime, vertigineuse, de l’empreinte qu’elles ont laissée. Car les milliers de femmes accusées nous hantent comme un secret de famille, réveillant nos souvenirs impensables, magiques, enfouis.
Isabelle Sorente reconstitue l’histoire des grandes chasses et livre un roman bouleversant sur l’adolescence, la mémoire familiale et les initiations cruelles ou transformatrices. Le complexe de la sorcière est notre héritage. Il pourrait aussi être ce qui nous sauve.

À lire – Isabelle Sorente, Le complexe de la Sorcière, J.C. Lattès, 2020.

Le jeudi 30 janvier 2020 - 20H00

En cours de lecture

L’INTEMPORALITÉ PERDUE & AUTRES NOUVELLES DE ANAÏS NIN - Agnès Desarthe & Capucine Motte

NzKVt1Co4a9i.128.mp3

NzKVt1Co4a9i.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 54 Mo )

L’INTEMPORALITÉ PERDUE & AUTRES NOUVELLES DE ANAÏS NIN
Agnès Desarthe & Capucine Motte
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos

Comment raconter le désir – désir sexuel, appétit pour la vie, l’art… – d’une femme mariée, apprentie écrivaine au début du siècle dernier ? C’est à ce projet qu’Anaïs Nin semble s’atteler dans ces seize nouvelles inédites, écrites pour la plupart entre 1929 et 1931. On y croise une jeune femme qui, parée comme pour un grand voyage, largue les amarres d’un bateau attaché à un arbre au fond d’un jardin, une petite fille abandonnant ses poupées pour se consacrer à l’étude du goût de ses larmes, et bien d’autres personnages hantés par la dualité entre l’être et le paraître. Préfacière et traductrice évoquent pour nous ces textes de jeunesse inédits. Merveilleuse lectrice, Agnès Desarthe en lira quelques extraits.

À lire – Anaïs Nin, L’intemporalité perdue et autres nouvelles, préface de Capucine Motte, trad. de l’anglais (États-Unis) par Agnès Desarthe, NiL, 2020 – Agnès Desarthe, La chance de leur vie, Points, 2018.

Le mardi 3 mars 2020 - 19H00

En cours de lecture

Pauline Klein - La figurante

8yD7IWHBAfsQ.128.mp3

8yD7IWHBAfsQ.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 54 Mo )

Pauline Klein - La figurante
Rencontre animée par Camille Thomine

« Vient un moment dans l’existence, que j’aimerais pouvoir situer précisément, où la vie adulte nous rattrape. On ne peut pas lutter éternellement pour la survie de l’insouciance. Les autres finissent par se douter de quelque chose. »

Depuis l’enfance, Camille n’a rien fait dans l’ordre et répond aux conventions comme au travail un « je préférerais ne pas » gentiment féroce. À quinze jours de son mariage, elle se pose cette question : peut-on éternellement rester soi-même ou faut-il un jour « jouer le jeu » ?

Dans un roman aussi piquant que drôle, Pauline Klein raconte l’histoire d’une jeune fille dont l’apparente désinvolture et l’insolente paresse sont en réalité des armes de poing pour résister à tout ce que le monde, la famille, la société attendent de nous.

À lire – Pauline Klein, La Figurante, Flammarion, 2020.

En cours de lecture

CARISSIMO SIMENON MON CHER FELLINI

BLnH8KYeJzP1.128.mp3

BLnH8KYeJzP1.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 44 Mo )

CARISSIMO SIMENON
MON CHER FELLINI

Par Thibault de Montalembert & Corrado Invernizzi

« Mon très cher Simenon,

Ne faites pas attention à l’encre du ruban qui m’a déjà sali les mains et le menton. J’ai recommencé cette lettre trois fois et au bout de trois lignes je déchire tout. C’est en partie à cause du ruban qui tache le papier, et en partie parce que je me sens tout intimidé en vous écrivant. (…) »

Federico Fellini, août 1976.

Président du jury du Festival de Cannes en 1960, Georges Simenon décerne à Federico Fellini la Palme d’Or pour La Dolce Vita. Ce sera la première rencontre entre ces deux géants. Malgré leurs univers si éloignés et leur différence d’âge (Simenon a 17 ans de plus) naîtra par la suite une intense et longue correspondance. Dans les premières lettres, Fellini se livre timidement à Simenon. Il lui dit combien ses romans ont joué un rôle dans l’écriture de ses films, il lui parle de ses rêves et de ses doutes. Simenon, ému, lui livre ses points de vue sur la vie et sur la création.

Lecture proposée par l’Institut Culturel Italien en clôture d’un cycle de projections de film de dans le cadre du centenaire Fellini, en collaboration avec Rai Cinema et les cinémas Louxor, Balzac, Panthéon et l’Ecole Cinéma Club.

Programme complet sur www.iicparigi.esteri.it

À lire – Federico Fellini, Georges Simenon, Carissimo Simenon, Mon cher Fellini, Correspondance, Cahiers du cinéma, 1999.

Le lundi 3 février 2020 - 20H00

En cours de lecture

Nina Bouraoui - Otages

npExTGV8p0Mu.128.mp3

npExTGV8p0Mu.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 57 Mo )

Nina Bouraoui - Otages
Lecture par Constance Dollé
Rencontre animée par Sophie Joubert

« Je m’appelle Sylvie Meyer. J’ai cinquante-trois ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an. Je travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc. Je dirige la section des ajustements. Je n’ai aucun antécédent judiciaire. » Sylvie est une femme banale, ponctuelle, bonne camarade, une femme simple. Lorsque son mari l’a quittée, elle n’a rien dit, elle n’a pas pleuré, elle a essayé d’élever ses fils. Lorsque son patron lui a demandé de faire des heures supplémentaires, de surveiller les autres salariés, elle n’a pas protesté. Jusqu’à ce matin de novembre où cette violence du monde, des autres, sa solitude, l’injustice s’imposent à elle. En une nuit, elle détruit tout. Un portrait de femme magnifique et remuant dont nous parle ce soir l’auteur et que fait entendre Constance Dollé, admirable voix de la pièce Girls and Boys de Dennis Kelly pour laquelle elle a reçu le Molière du meilleur « Seul(e) en scène » en 2019.

À lire – Nina Bouraoui, Otages, Lattès, 2020.
Le mardi 14 janvier 2020 - 19H00