La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

Fantastique histoire d’amour de Sophie Divry

Lecture par l’autrice
Rencontre animée par Sophie Joubert

Bastien exerce comme inspecteur du travail à Lyon. Lorsqu’un accident terrible survient dans une entreprise de recyclage de plastique, il doit aller faire un constat sur place. Il fait alors face, sans le savoir, à une découverte scientifique aussi fabuleuse que terrifiante.
Maïa est journaliste scientifique. Elle se débat pour apporter de l’intelligence dans un milieu où on lui demande parfois de vendre du sensationnel. Lorsqu’elle décide d’écrire sur le cristal scintillateur, un matériau développé dans un centre de recherche nucléaire, elle ne s’attend pas à être transportée dans une aventure aussi palpitante que dangereuse.
Maïa et Bastien, tous les deux embrigadés malgré eux dans cette affaire, sont les deux protagonistes de ce roman haletant comme une série… et comme une fantastique histoire d’amour.

À lire – Sophie Divry, Fantastique histoire d’amour, Seuil, 2024.

En cours de lecture

Créatine de Victor Malzac

Lecture musicale avec Charly Mitch

Dans un monologue cavalcadant, un homme nous raconte son histoire : la solitude de l’adolescence et la difficulté à aborder une fille, les relations tendues avec un père envahissant, une mère transparente, une ville périphérique où il n’y a rien à faire. En bref, l’horizon limité d’une existence promise à un ennui incommensurable. Pourtant un jour, tout va changer pour lui. Le jour où il voit pour la première fois Arnold Schwarzenegger au cinéma. Il le sait, il le comprend, il vient de trouver un sens à sa vie : il lui faut prendre toujours plus de muscle et devenir une “machine de guerre”.

Victor Malzac fait parler un homme en proie à la misère sentimentale et sexuelle – et dépeint du même coup toutes les injonctions qui pèsent sur les garçons pour qu’ils deviennent des hommes. Drolatique, curieusement tendre et électrisant, Créatine est le premier roman d’un poète qui sait muscler ses phrases comme personne.

« C’est plutôt ridicule d’avoir pour modèle un homme comme mon père, et professeur de français en plus, non, mon modèle c’était Schwarzenegger, c’était Conan le Barbare comme tout le monde. »
Victor Malzac, Créatine

À lire – Victor Malzac, Créatine, coll. « Scribes », Gallimard, 2024.

En cours de lecture

Pas sérieux s’abstenir de Claire-Lise Gaillard

Lecture par Nicolas Gény commentée par l’autrice

Il a fallu près de deux siècles pour que le marché de la rencontre connaisse la vitalité et la légitimité que lui donne aujourd’hui l’ère numérique. Les registres d’agences matrimoniales et l’examen de la presse dédiée aux annonces permettent de lever le voile sur ce domaine de réputation douteuse. Par leurs silences entendus et leurs connotations équivoques, les annonces ne renseignent-elles pas ce qui est communément perçu comme admis, désirable ou au contraire inacceptable ? Indices de la transformation des sociétés, elles révèlent les évolutions du marché matrimonial – qu’il s’agisse de l’équilibre changeant entre enjeux économiques et amour romantique, du poids des stéréotypes de genre, ou des failles grandissantes de la société bourgeoise patriarcale.

Une soirée spéciale Saint-Valentin bien sûr !

À lire – Claire-Lise Gaillard, Pas sérieux s’abstenir, Histoire du marché de la rencontre (XIXe-XXe siècle), coll “Interdépendances”, CNRS éditions, 2024.

En cours de lecture

La Vie précieuse d’Yrsa Daley-Ward

Lecture par l'autrice & Julia Kerninon
Rencontre animée par Jennifer Padjemi

Années 80 dans le nord de l’Angleterre. Yrsa grandit avec son frère Roo et sa mère infirmière. Démunie, leur mère les confie à leurs grands-parents, membres de l’Église Adventiste du 7e jour. Au fil des ans, Yrsa subit, de façon insidieuse puis frontale et traumatique, l’emprise des hommes sur son corps transformé.

Le récit d’Yrsa est le contrepied poétique et touchant au male gaze, par la voix mutante d’une enfant, d’une sœur, d’une ado, d’une escort, d’une poétesse dans l’âme, d’une femme en plein empowerment. La Vie précieuse est un ultra-moderne récit de formation, qui rappelle les effets de composition cinglants de la réalisatrice Michaela Coel (série I May Destroy You) et les envolées pleines de vie et de rage de Kae Tempest.

Libre, déterminée, militante féministe et intersectionnelle, Yrsa Daley-Ward a imposé sa voix dans le monde entier, saluée par le Pen Prize du meilleur roman autobiographique. Elle a par ailleurs collaboré avec Beyoncé en 2020 pour le film et l’album Black is King.

« Jusqu’ici, j’ai tout aimé, même les choses les plus terribles. »
Yrsa Daley-Ward, La Vie précieuse.

À lire
– Yrsa Daley-Ward, La vie précieuse, trad. de l’anglais par Julia Kerninon, éd. La Croisée, 2024.
– Julia Kerninon, Sauvage, L’Iconoclaste, 2023.

En cours de lecture

Aliène de Phœbe Hadjimarkos Clarke

Lecture par l'autrice & rencontre animée par Sylvie Tanette

Fauvel a perdu un œil suite à un tir de LBD. Elle accepte de garder la chienne du père d’une de ses amies dans une maison isolée à la campagne. Hannah n’est pas un chien comme les autres, c’est le clone d’une première Hannah, qui trône empaillée au milieu du salon. Elle suscite les peurs et les reproches muets du village, à mesure qu’on découvre au matin des animaux massacrés, et qu’elle-même rentre parfois ensanglantée.
Cette situation est le point de départ d’un récit de traque et de cauchemar délicatement progressif. Au fil d’une pseudo-enquête hallucinée, le roman explore les notions de domination, d’animalité et de violence. À travers la proximité, voire l’amalgame entre animaux et humains, Aliène questionne la nature de ce qui est caché, la vie animale, et surtout l’instinct de peur. Tel est le véritable fil du récit, rarement traité avec autant de nuance et de force.

« Ainsi il existe encore des lieux sur ce continent et dans ce pays qui est malencontreusement le mien, dans la mesure où cent fois préférable aurait été de naître apatride ou de ne pas naître du tout, il existe encore des lieux qui ressemblent à l’image idéale que l’on s’en fait. »
Phœbe Hadjimarkos Clarke, Aliène.

À lire – Phoebe Hadjimarkos Clarke, Aliène, éd. du sous-sol, 2024.