La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

ANTHOLOGIE DE LA POÉSIE PALESTINIENNE D’AUJOURD’HUI

Lecture bilingue par Yassin Adnan, Ghada Khalil, Abdellatif Laâbi & Jocelyne Laâbi
accompagnée de Lola Malique (violoncelle) & Shao-Wei Chou (flûte)

Cette anthologie pose un acte fort : réunir les plumes les plus prometteuses de la nouvelle poésie palestinienne, rompre le silence en redonnant une voix à celles et ceux qui vivent aujourd’hui dans la pénombre de l’impasse, presque invisibles, en tout cas inaudibles. S’y révèle un champ poétique entièrement renouvelé, espace sans limites où tout est encore possible : écrire, aimer, rêver, voyager loin, penser librement.

« Jamais auparavant nous n’avions eu, venant de l’aire culturelle à laquelle ces femmes et hommes appartiennent, une poésie s’inscrivant avec autant de naturel dans ce qui se fait de plus pertinent, de plus percutant en matière de poésie contemporaine. »

Abdellatif Laâbi

À lire – Anthologie de la poésie palestinienne d’aujourd’hui, choisis et traduits de l’arabe par Abdellatif Laâbi, poèmes réunis par Yassin Adnan, Points Poésie, 2022.

En cours de lecture

JEAN D’AMÉRIQUE – RHAPSODIE ROUGE & AUTRES RECUEILS

Lecture par l’auteur accompagné d’Alexis Kowalczewski

À partir de ses recueils de poèmes Nul chemin dans la peau que saignante étreinte (2017), Atelier du silence (2020) et Rhapsodie rouge (2021), parus chez Cheyne, Jean D’Amérique propose une plongée dans les interstices de son œuvre multiforme, où le verbe fait corps avec la violence, où le poème se dresse comme espace de résonance humaine. Livrés dans une syntaxe entaillée, ces textes sont traversés par des voix en errance dans les ruines, dans les bas-fonds, dans les marges. Ils racontent les grandes blessures du monde d’aujourd’hui et tissent dans le même geste un chant d’espoir, une rage de vivre.

À lire – Jean D’Amérique, Rhapsodie rouge, éd. Cheyne, 2021.

En cours de lecture

STEPHEN ROMER – LE FAUTEUIL JAUNE

Lecture par Jacques Bonnaffé
Rencontre avec l’auteur, Gilles Ortlieb & Valérie Rouzeau animée par Yaël Pachet

Stephen Romer est l’un des poètes anglais les plus « versatiles » et européens de sa génération, dont l’œuvre se fonde sur un dialogue tour à tour émouvant ou ironique, avec les « phares » que sont pour lui Baudelaire, Nerval, Laforgue ou Valéry. Mais le poète n’a pas oublié non plus ses maîtres anglais. Et l’on peut penser à « La chanson d’amour de J. Alfred Prufrock » de T. S. Eliot pour cette forme d’humour subtil, très britannique, qu’il retourne le plus souvent contre lui-même et la figure du poète aux prises avec ses chimères, mais dont il sait aussi se servir pour lancer quelques flèches aux désordres de l’époque, dans des poèmes narquois qui sont autant d’actes de résistance à la langue de bois actuelle.

À lire – Stephen Romer, Le fauteuil jaune, trad. de l’anglais par Gilles Ortlieb et Antoine Jaccottet, éd. Le bruit du temps, 2022.

En cours de lecture

LA BEAUTÉ DE LA LUMIÈRE, ENTRETIENS – ETEL ADNAN & LAURE ADLER

Avec Laure Adler, Hans Ulrich Obrist & Jean Frémon
Lecture par Nathalie Richard
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos

« Lorsque j’ai proposé à Laure Adler d’inaugurer une série de livres d’entretiens, elle m’a tout de suite lancé le nom d’Etel Adnan. Leur rencontre a été intense. Il en ressort une obsession chez Etel Adnan : la recherche insatiable et l’amour de la beauté, avec la conviction que le monde d’aujourd’hui ne tolère pas la beauté. Dans ce livre qui est à la fois le récit d’une vie et une méditation dans l’âge avancé, Adnan revient sur son enfance et sa jeunesse dans une famille traditionnelle dont elle cherche à s’échapper dès 12 ans, découvrant alors la rue, la ville (Beyrouth), l’éclat du soleil sur la mer. Il n’est pas toujours facile d’être femme dans ces circonstances.

Lorsqu’elle arrive à Paris au bénéfice d’une bourse, elle s’éprend à la fois de son professeur et d’une jeune camarade. C’est la double vie, tout comme elle sera toute sa vie à la fois poète (bilingue) et peintre. Etel Adnan revient sur son rapport à la langue, sur la lutte pour les droits des femmes, sur son homosexualité, sur l’art. La complicité avec Laure Adler ouvre toutes les portes.

Etel Adnan vient de mourir à l’âge de 96 ans. »

Bernard Comment

Durant la soirée, Laure Adler dialoguera avec Hans-Ulrich Obrist, commissaire d’exposition, critique et historien d’art, codirecteur des expositions et directeur des projets internationaux de la Serpentine Gallery de Londres et Jean Frémon, écrivain et PDG de la Galerie Lelong (Paris et New York).

À lire – Laure Adler, Etel Adnan, La beauté de la lumière, Entretiens, coll. « Fiction & Cie », Seuil, 2022. Hans-Ulrich Obrist, Conversation avec Etel Adnan, Manuella éd., 2012.
Etel Adnan, Le destin va ramener les étés sombres Anthologie, préface de Hans-Ulrich Obrist (trad. par Virginie Poitrasson), traduit de l’anglais (États-Unis) par Martin Richet, Jérémy Victor Robert, Françoise Despalles, Pascal Poyet et Françoise Valéry, coll. « Points Poésie », Points, 2022.

En cours de lecture

NATHALIE AZOULAI – LA FILLE PARFAITE

Lecture par Marie-Sophie Ferdane
Rencontre animée par Sophie Joubert

Quand, un beau matin de juin, Rachel apprend qu’Adèle, son amie de toujours, s’est pendue chez elle, elle se sent à la fois assommée et allégée. Une réaction à l’image de cette amitié tumultueuse qui a toujours provoqué en elle un mélange de fusion et de malaise profond. À partir de cette ambivalence, Rachel mène l’enquête et s’interroge sur ce qui a pu mener une fille aussi parfaite qu’Adèle, brillante mathématicienne et mère d’un jeune garçon, à se supprimer aussi violemment à 46 ans.

À travers cette amitié au long cours, c’est un roman d’apprentissage à deux têtes qui se déploie, où l’orientation scolaire détermine bien plus qu’un cursus en façonnant l’intelligence et toute une existence, les relations familiales et amoureuses, la maternité, l’ambition et le rapport au monde… Notamment quand on est une femme et qu’on s’attaque au territoire des hommes.

À lire – Nathalie Azoulai, La fille parfaite, P.O.L., 2022.