La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

Hélène Giannecchini - Voir de ses propres yeux

Hélène Giannecchini - Voir de ses propres yeux
Lecture-projection par l’auteure
Composition musicale par Sasha Blondeau
Rencontre animée par Alain Nicolas

Docteure en littérature française et spécialiste de l’image, Hélène Giannecchini livre son deuxième recueil, parcours entre récit et recherche, porté par une question essentielle : que faire de nos morts ? La narratrice endeuillée tente de faire siennes des disparitions d’êtres chers en construisant une réflexion à travers les arts et les sciences autour de la représentation de la mort. Promenade belle, profonde, audacieuse, qui mène le lecteur, aussi bien que la narratrice, de l’effroi à la consolation. Pouvoir du langage.

À la Villa Médicis où elle a été pensionnaire, Hélène Giannecchini a travaillé avec Sasha Blondeau qui a composé des musiques pour son texte.

À lire – Hélène Giannecchini, Voir de ses propres yeux, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2020.

Le jeudi 24 septembre 2020 - 20H00

En cours de lecture

Yasmine Khlat - Egypte 51

Yasmine Khlat
Egypte 51
Lecture par l’auteure & Carlos Chahine,
accompagnés de Macha Gharibian (piano)

1951, au bord du Canal de Suez. Le roman s’ouvre sur une première lettre de Stéphane, médecin, adressée à la jeune Mia qu’il a rencontrée lors d’un déjeuner chez ses parents au Caire. Épris d’elle, il s’empresse de lui demander sa main. Au cours d’un long échange épistolaire, du Caire à Ismaïlia, ville au bord du canal de Suez où vit Stéphane, le médecin tente de convaincre Mia de devenir sa femme, ce à quoi elle résiste. Puis surviennent les événements de 1952, la nationalisation du canal, puis la guerre, qui vont bousculer les existences des deux êtres.

Roman épistolaire, histoire d’amour dans la grande Histoire, Yasmine Khlat et le comédien Carlos Chahine donnent voix aux deux personnages, Mia et Stéphane, accompagnés par la pianiste et compositrice Macha Gharibian.

Dans le cadre de la 7e édition du festival Raccords qui met à l’honneur 15 éditeurs indépendants.

À lire – chez Elyzad : Yasmine Khlat, Égypte 51, 2019 – Cet amour, 2020.

Le mercredi 23 septembre 2020 - 20H00

En cours de lecture

Anne Mulpas - Abécéd’Air et de Feu - J de Jardin

Abécéd’Air et de Feu - J de Jardin
Une chronique sonore d'Anne Mulpas - poème 4. Une lettre > un mot et le voyage commence, l'imaginaire se déplie, combine intime, social et politique, récit vrai et fictif, le quotidien et l'utopie au creux du poétique.

Jardins suspendus de Babylone et Jérusalem céleste.
Jardin comme un poème — corps et substance.
Sol et ciel.
Art et nature.
Sciences et sacré.
Jardin serait le tracé émouvant de la rencontre, de l’étreinte des polarités. Une « irréductible singularité ». Un tracé donc.
Jardin et Paysage, vie maritale.
Le paysage instaure la distance, il absorbe la vue — l’homme s’y excentre, s’y découvre par le seuil du regard qui taille l’espace et le cadre.
Le jardin, on est en lui.
Dans lui.
Embryon d’être croissant dans le ventre de l’infini.
Des songes placentaires.
Le Jardin enfante.

Mercis fraîchement cueillis à Fred Griot
et Isabelle Delatouche.

En cours de lecture

Anne Mulpas - Abécéd’Air et de Feu - O d'Ogresse

Abécéd’Air et de Feu - O d'Ogresse
Une chronique sonore d'Anne Mulpas - poème 1. Une lettre > un mot et le voyage commence, l'imaginaire se déplie, combine intime, social et politique, récit vrai et fictif, le quotidien et l'utopie au creux du poétique.

L’Ogresse soi.
L’Ogresse l’autre.
Avatars et doublets.
Poète recense ses fétiches, appelle ses parents proches, sa véritable famille. Loup, sorcière, vampire réaniment ses chairs, cadencent et scandent ses artères. C’est pas de la mode, c’est du mythe — alimentaire/élémentaire besoin de liens et de narrations.