La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

Yasmina Reza – On vient de loin

Lecture par André Marcon
Entretien mené par Agathe Novak-Lechevalier

Quelle que soit la forme narrative adoptée (théâtre, roman, récit), Yasmina Reza manie avec beaucoup de finesse et de subtilité l’art de mixer les genres, de montrer les multiples facettes d’une réalité, d’aborder avec une implacable lucidité des thèmes aussi universels que la fuite du temps, l’angoisse existentielle et la mort, la fragilité du moi, la solitude, le triomphe de la violence et la barbarie dans le monde contemporain. Dépeints comme des « tragédies drôles » et servis par une écriture ciselée et incisive, les textes réunis dans la présente édition sont de véritables tableaux de vanités contemporaines, à la frontière du comique et du tragique. En dévoilant des documents personnels rares et précieux, l’écrivain laisse entrevoir le pont entre sa vie et l’œuvre qu’elle bâtit depuis plus de trente ans, conviant le lecteur à un tête à tête exceptionnel.

On vient de loin.
On fait de notre mieux.
Mais parfois on ne sait pas ce qui nous prend.
Yasmina Reza, On vient de loin.

À lire – Yasmina Reza, On vient de loin, coll. « Quarto », Gallimard, 2024.

En cours de lecture

Martin Rueff – Au bout de la langue

En dialogue avec Jean-Christophe Bailly

En français, le mot « langue » indique à la fois l’organe logé au creux de la bouche et la faculté de parole. On fait le pari que le rapport de l’un à l’autre n’a rien d’accidentel : tout comme la langue est le seul organe qui puisse sortir du corps, la langue que nous parlons est à la fois dedans et dehors. Une philosophie de l’expression se déduit de cette interrogation, ainsi qu’une poétique. Elles ne sont pas sans relation avec ce qui permet la liberté d’expression. Dans cette quête, on croise Aristote, des philosophes, des linguistes, des romanciers et des poètes, mais aussi un beat-boxer, quelques embrasseurs et Philomèle, dont la langue coupée dit la résistance multiple et opiniâtre. Avec elle, on va au bout de la langue.

À lire – Martin Rueff, Au bout de la langue, éd. NOUS, 2024.

En cours de lecture

Zadie Smith – L’imposture

Rencontre animée par Olivia Gesbert
Interprète : Marguerite Capelle

Le premier roman historique écrit par Zadie Smith, inspiré de faits réels, se déroule à la fin du XIXe siècle. Le personnage principal, Mrs Touchet, est une veuve avant l’heure qui a construit son existence auprès de son cousin William Ainsworth, écrivain raté qui se rêve aussi célèbre que ses amis : Dickens, Forster, Kenealy. Abolitioniste, féministe, engagée pour toute cause qu’elle considère juste, Mrs Touchet, comme toute l’Angleterre des années 1870, se prend de passion pour l’affaire Tichborne : Arthur Orton, un boucher originaire de Wapping, récemment revenu d’un long voyage en Jamaïque, prétend être Sir Roger Tichborne, l’héritier de feu le baron de Tichborne, disparu en mer des années plus tôt. Son témoin le plus fidèle est Andrew Bogie, ancien esclave originaire de Jamaïque, qui fascine Mrs Touchet. Avec la plume percutante de Zadie Smith, on découvre une société anglaise qui se ment à elle-même et qui est encore loin d’avoir résolu son passé colonial.

À lire – Zadie Smith, L’imposture, trad. de l’anglais (Royaume-Uni) par Laetitia Devaux, Gallimard, 2024.

En cours de lecture

Tanguy Viel – Vivarium

Lecture par l'auteur
Entretien mené par Nathalie Crom

« Ce livre, j’ai choisi de l’appeler Vivarium. Mais qu’est le vivarium ici ? Cette série de fragments qui se voudraient abris vitrés pour la mouvante pensée ? Ou bien la vie elle-même qui nous enveloppe et nous prête, comme le biotope de l’animal, un milieu où tenir ? C’est là en tout cas que j’ai résidé un temps, au creux de cette indistinc­tion, dans les échanges incessants du vivant et du nom­mé, où l’on découvre quelquefois, à la lisière de toutes les choses, de fugaces résolutions, précipités de langage qui semblent, plus qu’à l’ordinaire, faire scintiller le cristal de l’expérience. Or dans l’expérience il y a de tout : des villes et des fleuves, des souvenirs et des questions, des fleurs, des amis, du vent et des lignes d’horizon. »
Tanguy Viel

À lire – Tanguy Viel, Vivarium, éd. de Minuit, 2024.

En cours de lecture

Aurélien Barrau - « Quel monde pour demain ? »

Une conférence tous publics, à partir de 10 ans.

C’est une école pas comme les autres. On pourrait l’appeler « l’école du dimanche ». On peut venir avec ses amis avec les parents ou les grands-parents, en famille ou tout seul, adulte ou enfant, pour rencontrer, écouter et dialoguer avec les plus grands, philosophes, historiens, plasticiens, musiciens, géographes, astrophysiciens, écrivains, mathématiciens, cuisiniers…Tous passionnés par leur métier et leur recherche ont accepté de venir partager leurs savoirs : Ulysse, le Minotaure, les mots, les images, la guerre, l’amour, la mort, la fête, l’amitié, les trous noirs, le langage, la beauté, le temps, la révolte, le fini et l’infini…À chaque fois un pan du monde est touché. Ensuite la conférence et le dialogue avec le public seront publiés aux éditions Bayard dans la collection qui comprend déjà plus de 80 titres et dont les livres sont traduits dans de nombreux pays en Europe et plus loin encore.

Il ne fait maintenant plus aucun doute que l’état de la vie sur Terre est terriblement délabré. Cela amène à un certain pessimisme : on se dispute sur les efforts qu’il faudrait faire pour endiguer la catastrophe. Par quoi commencer ? Où et comment agir ? Mais ce qu’il faudrait, en réalité, c’est une refondation de notre lien à la vie. Un ré-enchantement. Plus que de solutions techniques, nous manquons d’une vision poétique. Il est essentiel de prendre le temps d’envisager d’autres manières d’habiter le monde.

C’est ce que l’astrophysicien et philosophe Aurélien Barrau, astrophysicien et philosophe, tentera d’expliquer aux enfants et aux adultes qui les accompagnent.

À lire – ​​Aurélien Barrau, L’Hypothèse K, La science face à la catastrophe écologique, Grasset, 2023 – Météorites, Michel Lafon, 2020. – Trous noirs et espace-temps, Bayard, coll. Les Petites conférences, 2018.