La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

HUGO LINDENBERG – UN JOUR CE SERA VIDE

HUGO LINDENBERG – UN JOUR CE SERA VIDE
Lecture d’extraits par Grégoire Leprince-Ringuet

Un enfant de 10 ans est confié à sa grand-mère en Normandie. C’est un garçon inhibé, mais au regard acéré. Il se choisit un ami pour l’été : Baptiste. Honte sociale, traque de substituts affectifs : l’amitié naissante se mue en fascination. Une amitié d’autant plus forte qu’elle se fonde sur un déséquilibre : la famille de Baptiste est l’image d’un bonheur que le narrateur cherche partout, mais qui se refuse à lui. Cet été-là, déchiqueter une méduse échouée avec un bâton devient une épopée et sauver son camarade des sables mouvants une fresque romantique. Un premier roman d’initiation très réussi, servi par une écriture admirable.

À lire – Hugo Lindenberg, Un jour ce sera vide, éd. Christian Bourgois, 2020.

En cours de lecture

FRÉDÉRIC BOYER – SOUS L’ÉCLAT DES FLÈCHES

FRÉDÉRIC BOYER – SOUS L’ÉCLAT DES FLÈCHES
Lecture & rencontre animée par Élodie Maurot

« Je suis reconnaissant d’être encore en vie et en même temps terrifié de l’être toujours. Mais je n’ai pas d’idée exacte envers qui ou quoi je devrais être reconnaissant d’être toujours là. C’est bien une question que je me serais toujours posée. Quelle serait la dette à payer. Cette question m’a frappé, percé comme une flèche invisible, après la mort accidentelle, tragique, en juillet 2017, de la femme que j’aimais, et celle tout autant terrible et inattendue, quelques mois plus tard, en janvier 2018, de mon éditeur et ami, Paul Otchakovsky-Laurens. Les blessures sont toujours là, sous le soleil de la vie.

Les flèches brillent. Leur éclat m’aveugle encore. »

Voici réunies les chroniques que Frédéric Boyer – écrivain, traducteur et directeur des éditions P.O.L. – a tenues dans le quotidien La Croix puis dans l’hebdomadaire La Croix-L’hebdo. Partant de sa vie personnelle, il y déploie son rapport au monde en un humanisme précieux.

En partenariat avec le journal La Croix.

Découvrez La Croix gratuitement pendant 3 semaines

À lire – Frédéric Boyer, Sous l’éclat des flèches, Bayard, 2020.

En cours de lecture

ALICE ZENITER - COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE

ALICE ZENITER
COMME UN EMPIRE DANS UN EMPIRE
Rencontre animée par Nathalie Crom

Il s’appelle Antoine. Elle se fait appeler L. Il est assistant parlementaire, elle est hackeuse. Ils ont tous les deux choisi de consacrer leur vie à un engagement politique, officiellement ou clandestinement.

Le roman commence à l’hiver 2019. Antoine ne sait que faire de la défiance et même de la haine qu’il constate à l’égard des politiciens de métier et qui commence à déteindre sur lui. Dans ce climat tendu, il s’échappe en rêvant d’écrire un roman sur la guerre d’Espagne. L vient d’assister à l’arrestation de son compagnon, accusé d’avoir piraté une société de surveillance, et elle se sait observée, peut-être même menacée.

Antoine et L vont se rencontrer autour d’une question : comment continuer le combat quand l’ennemi semble trop grand pour être défait ?

Dans ce grand roman de l’engagement, Alice Zeniter (Prix Goncourt des lycéens 2017 pour L’Art de perdre) met en scène une génération face à un monde violent et essoufflé, une génération qui cherche, avec de modestes moyens mais une contagieuse obstination, à en redessiner les contours. L’auteure s’empare audacieusement de nos existences ultracontemporaines qu’elle transfigure en autant de romans sur ce que signifie, aujourd’hui, faire de la politique.

À lire – Alice Zeniter, Comme un empire dans un empire, Flammarion, 2020.

En cours de lecture

RAINER MARIA RILKE – LETTRES À UN JEUNE POÈTE

RAINER MARIA RILKE – LETTRES À UN JEUNE POÈTE
Par Grégoire Leprince-Ringuet & Micha Lescot

Un élève officier de l’armée austro-hongroise, aspirant écrivain, adresse ses tentatives poétiques à Rainer Maria Rilke et sollicite son avis. De 1903 à 1908, en quelque dix lettres, le jeune homme, alors à la croisée des chemins, hésitant entre la voie toute tracée de la carrière militaire et la solitude aventureuse de la vie d’écrivain, confie à son aîné admiré ses doutes, ses souffrances, ses émois sentimentaux, ses interrogations sur l’amour et la sexualité, sa difficulté de créer et d’exister. Le poète lui répond. Une correspondance s’engage dont nous ne connaissions jusque-là qu’un seul versant : les lettres de Rilke. Les Éditions du Seuil dévoilent aujourd’hui celles du jeune poète. Voici donc Rilke et Kappus enfin réunis en un même volume. Micha Lescot et Grégoire Leprince-Ringuet leur donnent voix ce soir.

À lire – Rainer Maria Rilke, Lettres à un jeune poète (avec les lettres de Franz Xaver Kappus), trad. de l’allemand par Sacha Zilberfarb, Seuil, 2020.

En cours de lecture

MICHEL DEGUY, PRIX GONCOURT DE LA POÉSIE 2020

MICHEL DEGUY, PRIX GONCOURT DE LA POÉSIE 2020
En dialogue avec Martin Rueff
& Claude Mouchard en duplex

« “Le coronavirus”… déjà un hémistiche !
L’épigramme peut cadencer !

La contamination descend des Contamines
Tes confins mes confins se confinent
Mais nos confins débordent le confinement
Nousnous se contamine
J’entends l’économie décroître dans les bourses […] »

Dix millions de Chinois auront perdu la face
Masques et vidéos se toisent en chiens de faciès

Le gros Trump a tweeté
“No virus in the States”
Poutine a remis Dieu dans la constitution
Marine avec sa clé rouillée
Verrouille les frontières
Son compère Boris en bouffon Victoria
Repeint sa City en Singapour sur Tamise »

Michel Deguy, « Coronation »

Poète, essayiste, philosophe, professeur de littérature, Michel Deguy crée en 1977 l’incontournable Revue Po&sie. Auteur d’une oeuvre monumentale, Michel Deguy a reçu en mai dernier le Goncourt de la poésie – Robert Sabatier pour l’ensemble de son œuvre. Nous fêtons enfin, ensemble ce soir, ce bel événement.

À lire – Michel Deguy, L’amitié avec Claude Lanzmann, éd. La Rumeur Libre, 2019 – Michel Deguy, Poèmes et Tombeau pour Yves Bonnefoy, éd. La robe noire, 2018.