La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

« RADIO ET PODCASTS : ÇA S’ÉCOUTE ET ON EN PARLE ! » - L’éclosion des féminismes audio

« RADIO ET PODCASTS :
ÇA S’ÉCOUTE ET ON EN PARLE ! »
L’éclosion des féminismes audio, avec Ovidie (Intime et politique, Nouvelles Ecoutes, (Sur)vivre sans sexe, La Série documentaire, France Culture), Axelle Jah Njiké (La fille sur le canapé, Nouvelles Ecoutes) et Giulia Foïs (Pas son genre, France Inter) – animation : Elise Racque

En partenariat avec Télérama et le Festival « Longueur d’ondes »

Ouvrir de nouveaux horizons, rencontrer des personnalités, stimuler l’imaginaire… La radio et les podcasts sont des viviers de connaissances, de voyages immobiles, de sensations. En ébullition depuis l’émergence de nouveaux usages d’écoute, grâce à Internet, le monde de l’audio se réinvente sans cesse. Avec la journée spéciale Radio et podcasts, ça s’écoute et on en parle !, Télérama et Longueur d’ondes proposent des rencontres en public à la Maison de la Poésie. Un temps de réflexion et d’échanges pour creuser le choix d’une thématique, la façon de la préparer, d’envisager sa transposition en son, ou encore sa dramaturgie. L’occasion de faire dialoguer des personnalités sur leur manière de parler de littérature au micro, sur l’éclosion des féminismes audio, le renouvellement des fictions sonores ou encore la pratique du journalisme de guerre. Pour fêter, ensemble, un médium d’une richesse rare.”

En cours de lecture

« RADIO ET PODCASTS : ÇA S’ÉCOUTE ET ON EN PARLE ! » - Journalisme De Guerre

« RADIO ET PODCASTS :
ÇA S’ÉCOUTE ET ON EN PARLE ! »
Journalisme de guerre, avec Marine Vlahovic (Carnets de correspondante, Arte radio) et Sophie Nivelle-Cardinale (Désordres extraordinaires, Binge Audio) – animation : Laurence Le Saux

En partenariat avec Télérama et le Festival « Longueur d’ondes »

Ouvrir de nouveaux horizons, rencontrer des personnalités, stimuler l’imaginaire… La radio et les podcasts sont des viviers de connaissances, de voyages immobiles, de sensations. En ébullition depuis l’émergence de nouveaux usages d’écoute, grâce à Internet, le monde de l’audio se réinvente sans cesse. Avec la journée spéciale Radio et podcasts, ça s’écoute et on en parle !, Télérama et Longueur d’ondes proposent des rencontres en public à la Maison de la Poésie. Un temps de réflexion et d’échanges pour creuser le choix d’une thématique, la façon de la préparer, d’envisager sa transposition en son, ou encore sa dramaturgie. L’occasion de faire dialoguer des personnalités sur leur manière de parler de littérature au micro, sur l’éclosion des féminismes audio, le renouvellement des fictions sonores ou encore la pratique du journalisme de guerre. Pour fêter, ensemble, un médium d’une richesse rare.”

En cours de lecture

« RADIO ET PODCASTS : ÇA S’ÉCOUTE ET ON EN PARLE ! » - Comment renouveler les fictions sonores

« RADIO ET PODCASTS :
ÇA S’ÉCOUTE ET ON EN PARLE ! »

Comment renouveler les fictions sonores, avec Cédric Aussir (réalisateur à France Culture), Claire Richard (Les chemins de désir, Arte radio) et Mehdi Bayad (Rouge vif, Lumière noire) – animation : Carole Lefrançois

En partenariat avec Télérama et le Festival « Longueur d’ondes »

Ouvrir de nouveaux horizons, rencontrer des personnalités, stimuler l’imaginaire… La radio et les podcasts sont des viviers de connaissances, de voyages immobiles, de sensations. En ébullition depuis l’émergence de nouveaux usages d’écoute, grâce à Internet, le monde de l’audio se réinvente sans cesse. Avec la journée spéciale Radio et podcasts, ça s’écoute et on en parle !, Télérama et Longueur d’ondes proposent des rencontres en public à la Maison de la Poésie. Un temps de réflexion et d’échanges pour creuser le choix d’une thématique, la façon de la préparer, d’envisager sa transposition en son, ou encore sa dramaturgie. L’occasion de faire dialoguer des personnalités sur leur manière de parler de littérature au micro, sur l’éclosion des féminismes audio, le renouvellement des fictions sonores ou encore la pratique du journalisme de guerre. Pour fêter, ensemble, un médium d’une richesse rare.”

En cours de lecture

LEONARDO PADURA – POUSSIÈRE DANS LE VENT

Lecture par Pierre Baux
Rencontre animée par Sophie Joubert

Ils ont vingt ans. Elle arrive de New York, il vient de Cuba, ils s’aiment. Il lui montre une photo de groupe prise en 1990 dans le jardin de sa mère. Intriguée, elle va chercher à en savoir plus sur ces jeunes gens. Ils étaient huit amis soudés depuis la fin du lycée. Les transformations du monde et leurs conséquences sur la vie à Cuba vont les affecter. Des grandes espérances jusqu’aux pénuries de la « Période spéciale » des années 90, après la chute du bloc soviétique, et à la dispersion dans l’exil à travers le monde. Certains vont disparaître, certains vont rester, certains vont partir.

Des personnages subtils et attachants, soumis au suspense permanent qu’est la vie à Cuba et aux péripéties universelles des amitiés, des amours et des trahisons. Ce roman sur l’exil et la perte est aussi une affirmation de la force de l’amitié, de l’instinct de survie et des loyautés profondes.

À lire – Leonardo Padura, Poussière dans le vent, éd. Métailié, 2021.

En cours de lecture

SOIRÉE DE LANCEMENT DE LA REVUE CATASTROPHES #3

SOIRÉE DE LANCEMENT DE LA REVUE CATASTROPHES n°3
Avec Philippe Annocque, Guillaume Condello, Frédéric Forte, Julia Lepère, Cécile Riou & Pierre Vinclair

Catastrophes est une revue d’écritures sérielles, animée par Laurent Albarracin, Guillaume Condello et Pierre Vinclair. Bimestrielle en ligne (30 numéros sont parus), elle paraît tous les 18 mois en format papier, sous la forme d’une anthologie comprenant certaines des propositions poétiques les plus stimulantes de l’époque. Les quatre ensembles qui composent Catastrophes 3, « Dit impossible », « Rites rêvés », « Traduit en langue fauve » et « Mondes suspendus », présentent tous une dimension des rapports du poème, dans son essentielle étrangeté, à un monde qui ne fut pas toujours là et qui disparaîtra peut-être : assumer l’impossible, rêver d’une parole rituelle, articuler dans la langue commune une parole fauve, penser dans le vertige de la disparition, sont autant de promesses, fragiles, de faire de l’écriture le lieu d’une création radicale, à même d’exorciser la fatalité du néant.

À lire – Revue Catastrophes 3, coll. « S!NG », éd. le corridor bleu, 2021.