La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

Les Bruits du monde - Épisode 3 : Langue Refuge

Création sonore autour de l’atelier d’apprentissage poétique du français, mené par Victoria Kaario, autrice et scénariste, auprès de personnes réfugiées et demandeuses d’asile.

Réalisé par Anne Mulpas, poète et Rym Debbarh-Mounir, monteuse son.

En 20-21, l’atelier d’apprentissage du français s’est poursuivi pour la troisième année consécutive.
Lors de ces sessions hebdomadaires, le groupe a travaillé à l’écrit et à l’oral de manière artistique et créative, en prenant appui sur des textes littéraires du répertoire francophone.
Cet atelier a pour but d’aider les participant•es à trouver, en français, les mots justes pour se définir, exprimer leurs aspirations et pouvoir envisager leur vie dans ce nouveau pays. Cet atelier est ouvert à celles et ceux qui, quel que soit leur statut administratif en France, désirent approfondir la découverte de la langue française et souhaitent s’engager dans une démarche artistique.

Une carte blanche a été donnée à Anne Mulpas et Rym Debbarh-Mounir pour réaliser une série de créations sonores autour des ateliers d’écriture menés par la Maison de la Poésie afin d'accompagner ses actions d’éducation artistique et culturelle auprès des publics les plus éloignés ou en grande exclusion.

En cours de lecture

« QUAND ON REMET LE TEXTE SUR LE MÉTIER »

« QUAND ON REMET LE TEXTE SUR LE MÉTIER »

Agnès Desarthe lit « Nevermore » de Cécile Wajsbrot
Lecture suivie d’un dialogue sur la re-traduction avec Élise Lépine

Elle-même traductrice et auteur de trois re-traductions – La chambre de Jacob de Virginia Woolf, Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout, d’Alice Munro et Des souris et des hommes, de John Steinbeck (à paraître), Agnès Desarthe donnera une lecture de Nevermore, le roman de Cécile Wajsbrot qui met en scène une traductrice aux prises avec une nouvelle version de To the Lighthouse. Dans ce texte, la narratrice/personnage/traductrice remet sans cesse sur le métier le roman de Virginia Woolf qu’elle connaît par coeur et qui génère, outre un éventail de phrases et d’interprétations qui se déploient à partir de l’original dans une quête éperdue de l’exactitude, une réflexion vivante et multiforme autour de la disparition.

À l’occasion de la 6e édition du Printemps de la traduction – Les traducteurs parlent aux lecteurs

➡️ www.atlas-citl.org/printemps-de-la-traduction-6e-edition-2021/

À lire – Agnès Desarthe, Ce cœur changeant, éd. Points, réédition 2021 – 2015.

En cours de lecture

FRONTALIER DE JEAN PORTANTE

FRONTALIER DE JEAN PORTANTE

Lecture par Jacques Bonnaffé
Mise en scène par Frank Hoffmann

Frontalier est une méditation automobile qui trouve son roulement par la parole. Ce monologue tresse une histoire personnelle traversant plusieurs fois la frontière comme le font les frontaliers de France à Luxembourg, comme l’ont fait ses parents venus d’Italie ou ses grands parents italiens, les Portante.

Frontalier commence comme une histoire personnelle et intime, qui devient progressivement l’histoire de l’humanité. La migration en est le fil rouge. À partir d’elle se superposent et s’entremêlent des faits historiques, des anecdotes, des souvenirs, des réflexions et des émotions, pour décrire une réalité tantôt révoltante et amère tantôt silencieuse et nostalgique.

Lecture créée au Théâtre National du Luxembourg.

Musique et effets sonores : René Nuss
Costumes : Denise Schumann
Lumières : Zeljko Sestak
Assistance à la mise en scène : Natalia Sanchez
Stagiaire : Pauline Cano

À lire – Jean Portante, Frontalier, Hydre éditions.

En cours de lecture

LECTURES D’AUTRICES PAR LE COLLECTIF « LA LECTURE-ARTISTE »

LECTURES D’AUTRICES PAR LE COLLECTIF « LA LECTURE-ARTISTE »

Avec Lucie Rico & Lison Noël, Zoé Philibert & Théo Hillion, Hélène Zimmer & Lola Eliakim

Une soirée en trois volets consacrés à trois autrices et à leurs lectures. Lucie Rico, Zoé Philibert et Hélène Zimmer nourrissent leurs écritures de lectures publicitaires pour la première ; de textes de rap pour la deuxième et de théories féministes et anarchistes pour la troisième. Toutes trois feront entendre ou transparaître ces lectures qui ont été les leurs lors de leur travail d’écriture.

Lola Eliakim lira un enchâssement d’extraits du roman Vairon d’Hélène Zimmer et de textes anarchistes et féministes qui ont nourri l’écriture de l’autrice.

Lucie Rico discutera avec Lison Noël des lectures publicitaires qui ont déclenché son roman Le Chant du poulet sous vide et des autres lectures qui l’ont accompagnée.

Zoé Philibert et Théo Hillion proposeront une nouvelle version de leur performance Chaulapin, qui met en lecture des textes du recueil du même titre, fanzine de fanfictions autour de la scène rap francophone.

Le collectif La Lecture-artiste est composé de chercheurs, de chercheuses et d’artistes et étudie les usages de la lecture par les artistes, les manières dont les lectures nourrissent leurs créations. Fondé en 2018, il s’invite depuis dans des lieux d’art et de culture pour proposer des moments de lecture, de recherche et de création. En 2021, il est invité à poursuivre ses recherches à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art).

En cours de lecture

DELPHINE HORVILLEUR & CAMILLE DE TOLEDO « Les vivants & les morts »

DELPHINE HORVILLEUR & CAMILLE DE TOLEDO
« Les vivants & les morts »
Rencontre animée par Victor Pouchet

Delphine Horviller et Camille de Toledo évoqueront dans cette rencontre la manière dont les morts et les vivants se relient par des fils visibles – des blessures – ou invisibles – des spectres. Ils évoqueront la trame fine qui lie les générations entre elles, une trame qui est au coeur de leurs livres récents : le roman de Camille de Toledo, Thésée, sa vie nouvelle (Verdier 2020), en lice pour le prix France Inter, le prix SGDL et le prix Franz Hessel, qui tourne autour du suicide d’un frère en suivant les intuitions et les savoirs de la généalogie transgénérationnelle dans une fiction entrelacée à la vie, et l’essai bouleversant de Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts (Grasset, 2021), qui sans cesse se charge de relancer et repenser la vie depuis nos liens aux absents et aux disparus.

À lire – Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts, Grasset, 2021.

Camille de Toledo, Thésée, sa vie nouvelle, Verdier, 2020.