La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

Jennifer Haigh – Mercy Street

Rencontre animée par Elise Lépine
Interprète : Marie Furthner

Dans la ville de Boston, la clinique de Mercy Street offre un nouveau départ aux femmes désireuses d’avorter. C’est là que Claudia travaille depuis des années. Chaque jour, elle affronte la peur et la détresse de nombreuses patientes aux destinées bouleversées. À cela s’ajoute la détermination des militants anti-avortement dont la présence quotidienne aux alentours de la clinique rend l’ambiance tendue, sinon dangereuse. Pour faire face à cette pression constante, Claudia fréquente un sympathique dealer d’herbe, Timmy, qui compte parmi ses clients un jeune homme introverti et solitaire. Sur une plateforme en ligne, ce dernier se met au service d’un gourou pro-vie qui commence à développer une fixation sur Claudia.Poignant, juste et d’une actualité brûlante, Mercy Street explore les ambiguïtés et les failles d’une société au bord de l’explosion. Un livre salué par l’enthousiasme de Richard Ford “Jennifer Haigh est la meilleure romancière de notre époque” dit-il.

À lire – Jennifer Haigh, Mercy Street, trad. de l’anglais (États-Unis) par Janique Jouin-de Laurens, éd. Gallmeister, 2023.

En cours de lecture

Denis Podalydès – Célidan disparu

Lecture par l’auteur
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos

« Ce livre est un ensemble de nouvelles autobiographiques, classées par âge de la vie, de la petite enfance à aujourd’hui. Ces nouvelles sont souvent, pas toujours, des mésaventures dans lesquelles j’éprouve peur et honte, qui me sont assez naturelles et me donnent paradoxalement l’énergie d’écrire. Scènes de gêne ou de honte, scènes de culpabilité, scènes chargées de remords et de ridicule, mais aussi scènes, plus rares forcément, de pur bonheur, comme celle qui donne son nom au livre, Célidan disparu : personnage à la fois pusillanime et enflammé d’une pièce de Corneille que j’ai jouée à mes débuts d’acteur, dont je découvris lors de l’audition pour l’obtenir, qu’il me révélait à moi-même, et faisait de moi un acteur heureux. »
Denis Podalydès

À lire – Denis Podalydès, Célidan disparu, Mercure de France, 2022.

En cours de lecture

Mariana Enriquez – Les dangers de fumer au lit

Lecture par Raphaëlle Saudinos
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos
Interprète : Manuela Corigliano

Une petite fille déterre des os dans un jardin, une femme développe des fantasmes sexuels autour du cœur d’un homme cardiaque, le fantôme d’un bébé erre en décomposition, deux jeunes fans dévorent une rockstar suicidée…
Peuplées d’adolescentes rebelles, d’étranges sorcières, de fantômes à la dérive et de femmes affamées, les douze histoires qui composent ce recueil manient avec brio les codes de l’horreur, tout en apportant au genre une voix radicalement moderne et poétique. Si elle fait preuve d’une grande tendresse envers ses personnages, souvent féminins, des êtres qui souffrent, qui ont peur, qui sont opprimés, Mariana Enriquez scrute les abîmes les plus profonds de l’âme humaine, explorant de son écriture à l’extraordinaire pouvoir évocateur les voies les plus souterraines de la sexualité, du fanatisme, des obsessions.

Dans le cadre des Nuits de la Lecture

À lire – Mariana Enriquez, Les dangers de fumer au lit, traduit de l’espagnol (Argentine) par Anne Plantagenet, éd. du sous-sol, 2023.

En cours de lecture

Samar Yazbek – La demeure du vent

Rencontre animée par Kerenn Elkaïm

Enfant silencieux et contemplatif, Ali est d’une rare force et agilité. Sa sensibilité ainsi que son amour et sa profonde compréhension de la nature lui confèrent une aura presque mystique. Son chemin semblait tout tracé, menant ultimement au sanctuaire et aux arbres qui l’ont vu naître. Mais la guerre en a décidé autrement…
Dans La Demeure du vent, Samar Yazbek explore avec force et poésie la puissance de la nature et la vanité des hommes. Elle révèle la richesse de la foi alaouite et sa relation aux éléments. Au cœur du roman, un appel universel au retour à la terre au sens le plus primitif.

À lire – Samar Yazbek, La demeure du vent, trad. de l’arabe (Syrie) par Khaled Osman et Ola Mehanna, coll. « La cosmopolite », Stock, 2023.

En cours de lecture

La mélancolie des confins : Berlin

Par Mathias Enard
#5 Une amitié

La mélancolie des confins est un ensemble de textes encore inédit, un cycle, qui explore, entre front et frontière, l’Europe par ses limites. Un récit documentaire qui tourne autour d’un narrateur à la première personne, à la fois voyageur, arpenteur et rat de bibliothèque.
Reprenant sa promenade berlinoise, le narrateur des Confins s’interroge sur l’amitié : l’amitié qui le lie à E., mais aussi l’amitié entre Jakob Lenz et Johann Goethe, entre ce même Goethe et Friedrich Schiller ou entre Bernard de Clairvaux et Mélisende de Jérusalem.

À lire – Mathias Enard, Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs, Actes Sud, 2020.