La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

Podcast
En cours de lecture

Requiem pour une ville perdue d’Asli Erdoğan. Par Timour Muhidine. Lecture par Sophie Bourel

aKW3KwjEQQgQ.128.mp3

aKW3KwjEQQgQ.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 18 Mo )

Requiem pour une ville perdue d’Asli Erdoğan
Avec la voix d’Asli Erdoğan
Présentation par Timour Muhidine, directeur de la collection “Lettres turques” chez Actes Sud
Lecture par Sophie Bourel

Ce texte est un requiem à la mémoire d’une solitude, celle de l’auteure au cœur de son pays perdu.
De l’enfance, où la figure de la mère revient sans cesse, à la maturité tourmentée par l’engagement politique, esthétique et féministe, Aslı Erdoğan dévoile ici le ressouvenir absolu de son existence tendue depuis toujours vers la nécessité d’écrire. Car, dit-elle, “écrire c’était pour que mes mains puissent toucher l’invisible dans tout ce qui se voit”.
Au centre de cet art poétique se dresse, sublime, la ville d’Istanbul, telle une matrice vertigineuse. Et les ruelles de Galata, quartier tant aimé, arpenté, tel un labyrinthe grand ouvert sur le Bosphore.
Ce livre est par essence un monde intérieur, qui précède et accompagne jusque dans l’exil l’une des voix majeures de la littérature contemporaine.

À lire - Asli Erdogan, Requiem pour une ville perdue, trad. du turc par Julien Lapeyre de Cabanes, Actes Sud, mai 2020.

Podcast
En cours de lecture

Dolores Prato - Bas la place y’a personne

sWIqzUj86AYb.128.mp3

sWIqzUj86AYb.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 81 Mo )

Dolores Prato - Bas la place y’a personne
Avec Laurent Lombard & Jean-Paul Manganaro, traducteurs
Lecture d’extraits par Mélanie Traversier
Rencontre animée par Francesca Isidori

Bas la place y’a personne n’est pas un récit d’enfance comme les autres. Il s’agit, pour reprendre les mots de Jean-Paul Manganaro, d’un « long ruban narratif qui essaie de nouer pour les enchaîner les uns aux autres les lambeaux de ce que fut une enfance », une enfance marquée par une blessure fondatrice – celle de l’abandon – que Dolores Prato tente de reconstruire par le filtre des mots et des choses. Il en résulte une langue très singulière, poétique, d’une extrême beauté. Une entreprise proustienne qui justifie les 892 pages du récit monumental. Œuvre majeure du XXe siècle, le livre a connu diverses vicissitudes éditoriales. Écrit sur de longues années et terminé à l’aube des 90 ans de l’auteure, il sera publié en version réduite par les soins de Natalia Ginzburg avant la disparition de Dolores Prato (1892-1983). Voici aujourd’hui sa version définitive.

À lire – Dolores Prato, Bas la place y’a personne, trad. de l’italien et postface par Laurent Lombard et Jean-Paul Manganaro, Verdier, 2018.

Podcast
En cours de lecture

Hélène Frappat – Le dernier fleuve / Lecture par Emmanuel Salinger

8WzONdavYLTV.128.mp3

8WzONdavYLTV.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 99 Mo )

Hélène Frappat – Le dernier fleuve
Lecture par Emmanuel Salinger
Rencontre animée par François Angelier

Mo porte son frère Jo sur son dos, ils forment un drôle de petit animal fatigué, tout entier tendu vers sa propre survie mais qui ne dédaigne ni le jeu ni l’émerveillement. Ils marchent, sans savoir depuis quand, sans savoir où les mènent leurs pas. Apparaît l’ombre d’une ruine où passer la nuit. Et au matin, la découverte du fleuve comme une destination évidente. L’aventure de Mo et Jo est affaire de vie ou de mort. Elle est jalonnée de rencontres extraordinaires, salvatrices et menaçantes : enfant-poisson, femme-sorcière, famille gorgone à la langue mystérieuse, jeune mère-madone, couple qui danse dans un lit…

Traversé de réminiscences qui réveillent l’enfant-lecteur en chacun de nous, un roman comme une histoire du soir, moins pour s’endormir que pour réapprendre à rêver. Ample, limpide et mouvant, Le dernier fleuve accueille et métabolise tous les genres qui l’irriguent pour mieux leur échapper. Hélène Frappat y fait de l’enfance un territoire mythologique et des enfants, les soldats tranquilles d’un espoir sombre et buté, dans un monde qui flirte avec sa propre fin.

À lire – Hélène Frappat, Le dernier fleuve, Actes Sud, 2019.

Podcast
En cours de lecture

Jean-Michel Jarre & Louis-Henri de La Rochefoucauld - La mystique est-elle l’avenir de la pop music

uMreqwAi3w46.128.mp3

uMreqwAi3w46.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 57 Mo )

Jean-Michel Jarre & Louis-Henri de La Rochefoucauld

La mystique est-elle l’avenir de la pop music ?
Rencontre animée par Victor Pouchet

Aux yeux de Louis-Henri de la Rochefoucauld, romancier et journaliste musical à Technikart, la musique tourne en rond – répétition de formes usées, impostures chics, nihilisme de masse l’accablent. Certains continuent pourtant d’espérer que les lendemains chanteront. Mais comment ? Sur son dernier album, « Equinoxe Infinity », Jean-Michel Jarre mise sur l’intelligence artificielle pour revivifier la création. Dans La Prophétie de John Lennon, roman satirique sur le monde de la pop, Louis-Henri de La Rochefoucauld imagine que la musique sacrée, modernisée, redevient la nouvelle avant-garde. Ces deux visions ne s’opposent qu’en apparence : une même forme de mysticisme les réunit – la croyance que nous pouvons voir plus loin que notre évier. L’avenir sera-t-il aux moines synthétiques ou aux robots ténors ? Réponse au cours d’une conversation qui ne manquera pas d’oxygène.

À lire – Louis-Henri de La Rochefoucauld, La Prophétie de John Lennon, Stock, 2019.

À écouter – Jean-Michel Jarre, « Equinoxe Infinity », Columbia, 2018.

Le Mercredi 27 mars 2019 - 19H00

Podcast
En cours de lecture

Stéphanie Schwartzbrod - La cuisine de l’exil

snJTM6c2BHSu.128.mp3

snJTM6c2BHSu.128.mp3

Vous ne pouvez pas lire ce média dans votre navigateur, car il est stocké sur un serveur non sécurisé (HTTP).
Vous pouvez néanmoins le télécharger pour l'écouter.

Télécharger Télécharger ( 55 Mo )

Stéphanie Schwartzbrod - La cuisine de l’exil
Rencontre animée par Josyane Savigneau - Lecture par l‘auteure

Par amour, pour accomplir leurs rêves, pour fuir la guerre ou la misère, ils ont quitté leur pays. Venus d’Europe, d’Asie, du Moyen-Orient, d’Amérique Latine, des États-Unis, c’est en France qu’ils ont posé leurs valises, laissant derrière eux leur enfance, leur famille, leurs repères pour découvrir un univers inconnu, parfois fantasmé et se confronter à une nouvelle réalité. Déracinés, “coupés en deux ”, c’est notamment par la nourriture, les recettes emportées dans leurs bagages, qu’ils ont pu retrouver une part de leur passé. À travers vingt-quatre récits de vie en provenance des cinq continents accompagnés de cent vingt recettes, ce livre parcourt la grande Histoire, les époques et les continents, mettant en lumière notre richesse multiculturelle.

Dans le cadre du Festival des Cultures Juives.

À lire – Stéphanie Schwartzbrod, La cuisine de l’exil, Actes Sud, 2019.