La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

RÉGIS JAUFFRET – LE DERNIER BAIN DE GUSTAVE FLAUBERT

RÉGIS JAUFFRET – LE DERNIER BAIN DE GUSTAVE FLAUBERT
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos

« Conçu à la mi-mars 1821 d’un coup de reins que j’ai toujours eu quelque peine à imaginer, je suis né le mercredi 12 décembre à quatre heures du matin. Il neigeait sur Rouen, une légende familiale prétend que ma mère se montra si stoïque pendant le travail qu’on pouvait entendre tomber les flocons sur les toits de la ville. Quant à moi, je serais bien resté quelques années de plus dans le ventre à l’abri de l’imbécillité du monde.

Désespéré de naître j’ai poussé un atroce hurlement. Épuisé par mon premier cri, je semblais si peu gaillard qu’on attendit le lendemain pour me déclarer à l’état civil car si j’étais mort entre-temps on en aurait profité pour signaler mon décès par la même occasion. »

Le 8 mai 1880 au matin, Gustave Flaubert prit un bain. Il décéda peu après dans son cabinet de travail d’une attaque cérébrale sans doute précédée d’une de ces crises d’épilepsie dont il était coutumier. Allongé dans l’eau, il revoit son enfance, sa jeunesse, ses rêves de jeune homme, ses livres dont héroïnes et héros viennent le visiter. Il se souvient d’Élisa Schlésinger, la belle baigneuse de Trouville qui l’éblouit l’année de ses quinze ans, de Louise Colet dont les lettres qu’il lui adressa constituent à elles seules un chef-d’œuvre mais aussi de l’écrivain Alfred Le Poittevin qui fut l’amour de sa vie.

À lire – Régis Jauffret, Le dernier bain de Gustave Flaubert, Seuil, 2021.

En cours de lecture

ŒUVRES II DE GUILLAUME DUSTAN

ŒUVRES II DE GUILLAUME DUSTAN
Avec Thomas Clerc & Frédéric Boyer

C’est le deuxième volume des œuvres complètes, après un premier tome paru en 2013.

Génie divin, LxiR et Nicolas Pages (Prix de Flore 2000), publiés aux éditions Balland dans la collection « Le Rayon » entre 1999 et 2002, forment la trilogie de ce nouveau volume. Les trois livres marquent un tournant décisif dans l’œuvre de Guillaume Dustan, mort en 2005.

Là où la première trilogie déroulait un thème unique (le sexe) dans des cadres strictement définis (la chambre, la boîte de nuit, les back-rooms), ces trois livres, notamment Nicolas Pages, prouvent que Dustan n’est pas seulement un pornographe accompli, mais aussi « un capteur du sentiment amoureux », comme l’explique l’écrivain Thomas Clerc qui dirige cette édition, auteur d’une longue préface. La pensée et les textes de Dustan contrastent fortement avec l’époque de moralisation et de régression qui est la nôtre. La première trilogie exposait un mode de vie essentiellement axé sur le plaisir sexuel, Dustan prolonge cette revendication pour en faire un programme de vie, une sorte de projet politique. Il relie politique du désir et progressisme social, sur le double modèle du libéralisme et du libertarisme.

À lire – Guillaume Dustan, Oeuvres II, POL, 2021.

En cours de lecture

FRÉDÉRIC CIRIEZ – RÉCITS B

FRÉDÉRIC CIRIEZ – RÉCITS B
Rencontre animée par Alain Nicolas

Paimpol, Paris, Alger … La dérive de deux anciens amis se retrouvant sur une voie ferrée ; l’arrivée de supportrices au charme explosif décidées à illuminer le Stade de France ; la bande-annonce d’un film fantastique sur fond de black metal algérois ; un apéritif au champagne sur le toit de la porte Saint-Denis ; le surgissement théâtral de Frantz Fanon ; l’éternel retour d’une auto-stoppeuse dans un virage, la nuit, jusqu’aux appels téléphoniques intempestifs parasitant l’auteur en train de concevoir ce recueil résolument beau et bizarre.

Treize nouvelles à découvrir comme autant de récits B où Frédéric Ciriez multiplie les pistes de son imaginaire : la fantaisie, l’humour et le mélo, aux accents noirs et parfois érotiques. Treize ans après Des néons sous la mer, il invente une forme saisissante et circulaire qui nous plonge dans les confins oniriques de la réalité.

À lire – Frédéric Ciriez, Récits B, coll. « Verticales », Gallimard, 2021.

En cours de lecture

« ÉCRIRE LE SENSIBLE, UNE ÉCOLOGIE » #4

« ÉCRIRE LE SENSIBLE, UNE ÉCOLOGIE » #4
Emanuele Coccia invite Vinciane Despret

Dans son dernier livre Emanuele Coccia décrivait le système de métamorphose perpétuelle dans lequel l’être humain s’inscrit. Dans la lignée de cette réflexion, et sous l’égide du beau titre de Jacques Tassin, Écologie du sensible, Emanuele Coccia invite des écrivains, penseurs, scientifiques, poètes, artistes qui ont fait de l’écriture un moyen de faire éclore des paysages du possible. Le pari de ces rencontres est que la nouvelle écologie devra partir d’une nouvelle manière d’écrire et de décrire le monde.

Ce soir, il convie Vinciane Despret, philosophe des sciences qui ne cesse d’interroger notre rapport aux animaux à travers quantité d’ouvrages reconnus internationalement. Dans Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation, paru en avril 2021, Vinciane Despret signe un recueil de textes d’anticipation sur ce qui relie l’humain aux autres espèces. Quelque part entre faits scientifiques et affabulations poétiques se dessine un horizon troublant : et si les araignées, les wombats et les poulpes nous adressaient des messages codés à travers leurs comportements ?

À lire – Vinciane Despret, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation, Actes Sud, 2021.

En cours de lecture

VIOLAINE SCHWARTZ – UNE FORÊT DANS LA TÊTE

VIOLAINE SCHWARTZ – UNE FORÊT DANS LA TÊTE
Lecture par l’auteure
Rencontre animée par Sylvie Tanette

Lors d’une rupture d’anévrisme, 35 % meurent sur le coup, 35 % présentent des séquelles neurologiques, les autres n’ont rien du tout comme la narratrice. Elle peut encore faire tout ce qui lui passe par la tête, comme avant, mais avec la crainte que cela ne recommence. Tout va bien et soudain tout va mal, cette crainte l’empêche d’en profiter, la réveille toutes les nuits. Elle vit à Paris, mais ne supporte plus la violence, la foule, le bruit. Trop fragile pour reprendre le chemin du travail, elle part dans la maison familiale, un grand mas perdu au bout d’une route de terre, au fond des Pyrénées, à la frontière espagnole. C’est l’endroit d’avant la rupture d’anévrisme. Là-bas, personne ne sait ce qui lui est arrivé. Elle part toute seule pour la première fois. Heureusement, il y a Frida, une marginale qui vit dans une cabane perdue, son amie de la montagne et de l’été, la clocharde céleste, la sorcière des forêts. Frida vit avec son homme en autarcie au milieu de la forêt, depuis plus de vingt ans. Ce roman devient l’histoire d’une guérison à travers le portrait croisé de deux femmes amies que tout oppose dans la société, mais qui l’une et l’autre ont appris l’extrême fragilité de la vie.

Ce livre est le récit d’une guérison après une rupture d’anévrisme. Par la puissance des mots, le goût des chemins de traverse et de la rencontre avec l’autre.

À lire – Violaine Schwartz, Une forêt dans la tête, P.O.L, 2021.