La Maison de la Poésie

La Maison de la Poésie

Scène littéraire

Maison de la Poésie Paris

La Maison de la Poésie de Paris est une scène de lectures, de rencontres et de création dédiée à la voix des poètes et des écrivains. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui ont toujours un livre en poche qu'à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l'image...

En cours de lecture

MAUD LÜBECK – « CHRONIQUES D’UN ADIEU »

Avec Clotilde Hesme & Irène Jacob

Dans cette lecture musicale, Maud Lübeck met en résonance son nouvel album « 1988, chroniques d’un adieu » inspiré du journal intime de son adolescence, exhumant un drame survenu durant l’été de ses quinze ans, avec des fragments de journaux de deuil amoureux issus de la littérature, parmi lesquels ceux de Joan Didion, Frédéric Boyer ou encore Jean-Claude Grumberg. Elle sera accompagnée par deux comédiennes qui figurent au casting de son album imaginé comme un roman musical, la BO du film d’une époque, Irène Jacob et Clotilde Hesme.

À écouter – Maud Lübeck, « 1988, chroniques d’un adieu », Finalistes, 2022.

En cours de lecture

LAURENT GAUDÉ – GRAND MENTEUR

Lecture par l’auteur, Myriam Boyer & Alice Rahimi

Soirée proposée par le Festival du Livre de Paris

Trois monologues de Laurent Gaudé qui, dans une langue joyeusement chahutée, interrogent et célèbrent la jouissance procurée par les mensonges que les hommes se racontent pour se plaire, pour plaire à l’autre et pour embrasser la vie que leur imaginaire projette sur le réel. Trois voix pour incarner le texte d’un romancier qui n’a jamais oublié qu’il était dramaturge.

Lecture par Laurent Gaudé, Myriam Boyer, deux fois lauréate du Molière de la meilleure comédienne et Alice Rahimi comédienne diplômée du conservatoire d’Art dramatique de Paris.

Soirée proposée par le Festival du Livre de Paris.

À lire – Laurent Gaudé, Grand menteur, Actes Sud-Papiers, 2022.

En cours de lecture

« JUSQU’À QUAND – CHRONIQUE D’UNE DIVINE PANDÉMIE »

Textes et voix : Marc Delouze
Musique : Maxime Perrin
Invitée : Nancy Huston

Cette lecture musicale, comme l’album dont il est issu, est le fruit d’une rencontre datant de 20 ans. Le poète confirmé accueille le jeune musicien, ouvrant la porte générationnelle. S’ensuivent une amitié et une complicité dont témoigne cet opus, où le dialogue entre poésie et musique devient duo et même trio. Ils s’entourent de la voix et de la présence – et d’un poème inédit – de Nancy Huston.

Les confinements de ces longs mois nous ont intimé de réagir, afin de lutter contre la morosité, voire la désespérance. La traversée d’une époque où la fonction essentielle de l’art s’est vue remise en cause. Créer des perspectives, inventer des images, des couleurs, des sons, ont fait office de contrepoison.

Textes de Marc Delouze extraits de Deuil du singe, Petits Poèmes Post-It et de Chronique d’une Divine Pandémie (inédits, 2019- 2021).

Un poème inédit de Nancy Huston.

Musique originale composée par Maxime Perrin (accordéon)

À lire – Marc Delouze, Deuil du singe, Lieux-dits, 2018. Petits poèmes post-it, Maelstrom, 2018 – Nancy Huston, Reine du réel, Nil éditions, 2022.

En cours de lecture

HALA MOHAMMAD – LES HIRONDELLES SE SONT ENVOLÉES AVANT NOUS

Avec Noma Omran & Bruno Doucey

La poésie de la syrienne Hala Mohammad tient à jamais le cap de l’espérance. Elle ne dit pas l’effroi des bombardements, les corps démembrés, la route boueuse de l’exil ; elle dit l’arbre et l’oiseau, le chagrin des maisons, le miroir de l’absence. Elle ne filme pas les colonnes de soldats en route pour la guerre, ne fait pas le procès des monstres, ne pleure ni Alep ni Damas ; elle dit simplement que « l’aube n’abandonne pas la terre », que les hirondelles font leur nid « avec la paille du silence », que l’amour demeure le premier alphabet. Bien sûr, le fleuve de la vie ne sait plus ce qui lui arrive, les chansons roulent sur les chemins, la lune est la maison de l’exilé. Mais une femme, assise sur la rive de la poésie, fait entendre sa voix.

Hala Mohammad sera accompagnée pour cette soirée par la chanteuse lyrique et compositrice syrienne Noma Omran. L’une est née à Lattaquié, l’autre à Homs, mais toutes deux se connaissent depuis bien longtemps. Leur exil en France a renforcé leur complicité en un combat commun pour leur pays. Elle sera également sur scène en duo avec son éditeur, Bruno Doucey.

À lire – Hala Mohammad, Les Hirondelles se sont envolées avant nous, trad. de l’arabe (Syrie) par Antoine Jockey, éd. Bruno Doucey, 2021.

En cours de lecture

ANNE SEXTON – TU VIS OU TU MEURS

Avec Sabine Huynh & Patricia Godi
Lecture par Dominique Reymond
Rencontre animée par Francesca Isidori

Figure majeure de la poésie américaine, Anne Sexton (1928-1974) est l’autrice d’une œuvre poétique composée de plus d’une dizaine de recueils précurseurs.

Prix Pulitzer en 1967, Tu vis ou tu meurs est reconnu comme un chef-d’œuvre.

« Si l’exploration des liens de parenté occupe une place centrale dans la poésie d’Anne Sexton, sa nouveauté réside aussi, fondamentalement, dans la venue à l’écriture de l’autre relation qui a interrogé la psychanalyse, la relation des mères et des filles. Dès lors que le sujet lyrique se situe en tant que fille dans nombre de poèmes, de même qu’en tant que génitrice, l’œuvre entreprend doublement de pallier le silence qui a entouré les généalogies féminines »

Patricia Godi

Les quatre recueils présents dans cette édition sont traduits pour la première fois en français par Sabine Huynh, qui a fait de la traduction de l’œuvre d’Anne Sexton un projet de vie.

À lire – Anne Sexton, Tu vis ou tu meurs, trad. de l’anglais (États-Unis) par Sabine Huynh – présenté par Patricia Godi, éditions des femmes – Antoinette Fouque, 2022.